Concession de St Gervais : l'exploitation

Les travaux antérieurs à l’institution de la concession de Saint-Gervais ont porté sur la région sud du bassin de St Eloy-La Bouble. Ils consistèrent en 3 sondages : Gouttières le 14 janvier 1898, Chazal le 1er février 1898 et Vernadel le 28 février 1898. Seul, ce dernier entrepris à 2.400 m au NNO du village de St Priest des Champs, démontra un gîte concessible ; il fut exécuté par le procédé Raky et est entré dans la formation charbonneuse à la cote 300 m. Cette formation se présente en 2 bancs de 10 m d’épaisseur. Deux puits sont foncés peu avant l’institution de la concession : le puits Michelin foncé au nord de la concession à 500 m, sans résultat, et le puits Baudot au centre à environ 300 m de profondeur, près de l’ancien sondage Vernadel ; mais il ne révéla qu’un filet de charbon. D’autres travaux sont alors entrepris dans la région du Tout.

 

La descenderie du Tout est attaquée en 1903 à partir d’affleurements ; elle rencontra une couche inexploitable. Le puits n°3 est attaqué à la même époque au voisinage d’affleurements à mi-distance entre le puits Baudot et la limite nord de la concession. En août 1905 est commencé le puits n°5 à 650 m au nord du puits n°3. le premier atteint 40 m de profondeur, le second 200 m. A partir de différents T.B. une couche de 3 m à 5 m de puissance est recoupée, mais elle n’apparut nulle part exploitable. Le charbon extrait par le puits n°3 servit aux machines d’exhaure. En 1908 on s’est borné à poursuivre l’exploration de la branche Ouest de la couche du toit aux niveaux 100 et 200 du puits n°5. Les travaux sont arrêtés en 1909. Il n’y a eu ensuite dans cette concession quelques grattages superficiels pendant la Première Guerre Mondiale.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site