Bassin de Saint Eloy

Les mines de houille du bassin de Saint Eloy regroupent, en fait, trois concessions, La Vernade, La Roche et La Bouble dont les deux premières appartiennent au groupe sidérurgique Châtillon-Commentry-Neuves Maisons et la dernière appartenait à une société indépendante. Seule la nationalisation des charbonnages en 1946 réunira le bassin de St Eloy qui sera exploité jusqu’en 1978. Au sud de l'ensemble La Roche-La Vernade-La Bouble a été instituée la concession de Saint Gervais d'Auvergne qui n'a pas été nationalisée.

 

Présentation sommaire du bassin

 

Le bassin de St Eloy est situé au nord du “grand chenal houiller” qui s’étend sur 200 km entre Champagnac et Noyant. Il est encaissé dans les granites. Il y a  trois couches, qui disparaissent au Nord par schistification et s’enfoncent progressivement au sud. A St Eloy, la teneur de matières volatiles varie de 28 à 33 % selon la couche et celle des cendres de 11 à 27 %. Les teneurs en cendres augmentent du sud au nord. Sur la Bouble, la teneur en matières volatiles est plus faible.

 

Les concessions de St-Eloy (La Roche et La Vernade) exploitent un gisement très irrégulier limité au Nord, à l’Est et à l’Ouest par le terrain primitif et qui, au sud, se poursuit dans la concession de La Bouble où la faille Dehaynin le rejette en profondeur. Les trois couches sont exploitées : la couche du toit, la couche du centre et la couche du mur. Leur allure tourmentée ne permet pas de leur assigner une puissance ni un pendage déterminé. Des plissements très importants ont produit une série d’anticlinaux et de synclinaux d’amplitude et de richesse très différents coupés de nombreuses failles.

 

Les couches sont très irrégulières, tantôt en plateures, tantôt en dressant et même renversées. D’une façon générale les anticlinaux sont plus riches que les synclinaux dans lesquels les couches sont souvent laminées.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site