Champagnac : exploitation 1900-1946

En 1909, les travaux d’exploitation ont porté sur les régions suivantes : quartier des Plattes : étages 100/130, 130/165 et 165/200, quartier St Charles : étages 130/165 et 165/200. Une batterie de fours à coke (35t/j) a été mise en service.

 

Une explosion de grisou survient le 8 octobre 1909 faisant 2 morts. Elle s’est produite sur le tirage des coups de mine, à l’avancement en petite couche de la galerie nord au niveau 200. Les coups de mines avaient vraisemblablement été bourrés avec de la poussière de charbon et la vérification de l’absence de grisou n’a pas été faite avant l’allumage. Le boutefeu qui avait confié les explosifs aux ouvriers et n’avait pas allumé lui même les coups de mine fut condamné à 15 jours d’emprisonnement avec sursis par le Tribunal.

 

En 1910, on poursuit le fonçage du puits des Plattes, de Prodelles et de Fanostre situés respectivement dans les concessions de Lempret, Prodelles et Madic et on reprend celui du puits Madeleine. La fonçage du puits des Plattes a été arrêté à 356 m de profondeur. Le fonçage du puits de Prodelles qui doit assurer l’aérage de la région St Charles a été arrêté à 215 m de profondeur. Le puits Fanostre qui doit assurer l’aérage de la région des Plattes a atteint 240 m de profondeur en fin d’année. L’exploitation a concerné les étages suivants : quartier des Plattes : étages 130-165 et 165-200 et région Saint Charles, mêmes étages.

 

 

En 1911, le puits Fanostre est arrêté à 375 m de profondeur (cote 270) et a été mis en communication au niveau 165 avec le quartier des Plattes. Les travaux d’exploitation ont porté sur les niveaux 130/165, 165/200 et 200/235 côté des Plattes et sur les mêmes niveaux côté Saint-Charles.

 

En 1929-30 la situation de l’exploitation était la suivante :

-          région des Plattes (quartier nord des mines de Champagnac)

o        Travaux de préparation au niveau 340 du puits Madeleine (302/340) et 270/305.

o        Travaux d’exploitation : l’exploitation s’est poursuivie entre les niveaux 235-270, à l’étage 270-305 et à l’étage 305-340. L’extraction des produits se fait par le puits Madeleine pour les 2/3 et le puits Pochat pour 1/3. La même situation en 1930.

-          région sud ou St Charles

o        Travaux préparatoires : préparation entre 35-65 et 200-235 et entre 65-100 ; en 1930 préparation entre 35 et 65 et  entre 305 et 340. Au niveau 35, en 1930 préparation d’un travers banc qui a permis de découvrir une nouvelle couche de 2,5 m de puissance.

o        Travaux d’exploitation ont été poursuivis à l’étage 35-65, 65-100, 100-130 et 200-235 En plus en 1930, exploitation des étages 270-305 2 et de l’étage 305. L’extraction se fait par les puits Madeleine (2/3) et Pochat (1/3).

 

Le roulage en 1929, uniquement à traction animale, atteint 17.920 m de voies en 1930 et utilise 18 chevaux et 5 ânes. Les produits sont acheminés des chantiers vers les galeries de roulage par 40 bures (1930) équipés chacun d’un moteur à air comprimé de 11 kW.

 

En 1930, 272 accidents ont eu lieu dont 3 mortels dont deux par éboulements. Ces éboulements sont imputables, selon l’Ingénieur des mines, à la hauteur des étages pris en 16 tranches de telle manière que, vers la 7ème tranche, il se produit un éboulement subit dû au tassement du charbon sur les remblais des tranches inférieures. L’exploitation des nouveaux panneaux se fera dorénavant en 3 sous étages de 12 mètres chacun soit 5 à 6 tranches.

 

En 1931, les travaux ont concerné en région nord les étages 235/270, 270/305 et 305/340  et en région sud, les étages 35/65, 65/100, 100/130, 200/235, 270/305, 305/340.

 

En 1936, la situation de la production est la suivante :

-          Région Nord (52.300 t brutes)

-          Région Sud (97.890 brutes)

Puits Pochat exploitation aux étages 270/305 et 305/340

Puits Madeleine : exploitation aux étages : 0/25, 270/305 , 305/340

Puits Prodelles : étages 0/35, 0/-35, -35/-65, -65/-100

 

En 1945 les niveaux exploités sont les suivants : Prodelles : jour/0, +35/0, 0/-35, -35/-65, -65/-100, Bure A            : 0/-35, -35/-57, -57/-81, -81/-100

 

La profondeur des puits d’extraction est de 400 m et de l’exploitation de 370 m. La méthode utilisée est celle des tranches horizontales avec remblai complet. Lorsque la couche ne dépasse pas 3 mètres, chaque tranche est prise en une seule fois, sinon chaque tranche est prise par un traçage à partir duquel on exécute des recoupes contiguës en rabattant vers le bure.  En 1929, on compte 17 marteaux piqueurs et 17 marteaux perforateurs. 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site