Bassin de champagnac (Cantal) : l'historique

Historique

Déjà connu au Moyen âge, les premières concessions dans le bassin de Champagnac remontent à la fin du XVIlle siècle.

Quatre concessions seront  accordées par la même ordonnance royale :

            LEMPRET        734 ha le 5 août 1836 et 20 juillet 1841, en faveur de MM. De Grandeffe, de Poix, du Hallay et Galinet,

            LAGRAILLE ET MONTGROUX   427 ha  le 20 juillet 1841.en faveur des mêmes,

            MADIC             766 ha  le 20 juillet 1841,en faveur de MM. Barbier et Baignères,

            PRODELLES    601 ha  le 20 juillet 1841, en faveur des mêmes.

En 1856, de Grandeffe  et Galinet obtiennent l’autorisation de réunir à leurs concessions celles de MM. Barbier et Baignères. Ils forment ainsi une nouvelle et puissante société des mines de Champagnac sous les auspices de la compagnie des forges de Fourchambault. Un vaste programme d’exploitation est mis sur pied.

Cependant, l'exploitation industrielle ne commence que vers 1870. L'ouverture de la voie ferrée et, notamment, du tronçon Eygurande-Champagnac, en 1875, lui donne son véritable essor.

En 1886, la situation de la société de Champagnac est mauvaise, le déficit d’exploitation a atteint en 1885, 127.629 francs et 40.260 francs en 1886 ; en novembre 1886, la société est mise en liquidation et ses biens vendus pour  540.000 francs à MM. Albessard, Scheffner et cie. En 1887 L’exploitation devient bénéficiaire : 30.969 francs. En 1894, par suite d’une désaccord entre les associés, la compagnie est une nouvelle fois mise en liquidation et les 4 concessions sont mises en vente sur adjudication avec un prix de départ de 1 million de francs.

C'est la Société Anonyme de Mines de Champagnac qui exploite le bassin jusqu'en 1946, date de sa nationalisation et de son rattachement aux Houillères du Bassin d'Auvergne (HBA).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site