concession de Grosménil

concession de Grosménil

 En 1887, trois grands puits desservent les chantiers en activité dans la concession de Grosménil, ce sont du nord au sud :

  • le puits du Président qui sert pour la descente des remblais, l’épuisement et l’aérage ;
  • le puits de Chamblève qui sert à la descente des remblais et à l’aérage ;
  • le puits de Coincy qui sert pour la circulation du personnel, l’extraction, la descente des remblais l’aérage et l’épuisement.

 Le fonçage du puits de Grosménil est entrepris le 14 mars 1886. Il dessert les chantiers des Lacs jusqu’à grande profondeur. Le puits du Président possède des recettes à 267, 320, 340 et 372 m de profondeur.  Toujours dans la concession de Grosménil, on  a effectué en 1882-1884 au sud de Ste Florine des travaux sur des affleurements qui avaient déjà fait l’objet de travaux sous le nom de mine de Gourras. Un puits de recherche de 127 m a été foncé.  La méthode utilisée (1887) est généralement celle des tranches horizontales remontantes.

 Le gisement de Grosménil est situé dans la partie Ouest du bassin de Brassac. Le gisement est affecté de nombreuses failles (failles de Coincy, Sud des Lacs, de Frugères). Il comprend 3 couches du mur au toit : Grande Couche, couches 2 et 3.

 La Grande Couche (ou couche de Chamblève, couche Nouvelle ou encore couche des Lacs). Au nord de la faille de Coincy, la Grande couche de dirige vers le Nord et pénètre en se schistifiant dans la concession d’Armois. C’est dans cette région qu’a lieu l’exploitation du siège de Coincy. Entre les failles de Coincy et Sud des Lacs, la couche forme un synclinal dont la branche Est est appelée Couche Nouvelle. Entre la faille Sud des Lacs et celle de Frugères la couche est divisée en deux et constitue deux quartiers distincts appelés Nord et Sud. La zone comprise entre les deux failles constitue le siège du puits du Parc.

 Les couches 2 et 3 se logent dans ce synclinal. L’exploitation des 3 couches est terminée dans cette zone. La couche 2 très irrégulière et de faible puissance n’a jamais été exploitée. La couche 3 a une puissance de 0 à 8 m a été exploitée de la surface au niveau 440 .

 Le 14 mars 1886, les exploitants entreprennent le fonçage du nouveau puits de Grosménil dans la partie sud de la concession de Grosménil à 583 m du puits de Coincy. C’est un puits circulaire de 3,50 m de diamètre revêtu de moellons en pierre de Volvic jusqu’à 30 m de profondeur. Les cages seront guidées sur un seul côté. Le fonçage est prévu jusqu’à la profondeur de 440 m. il est destiné à l’exploitation de la couche du Lac et de la couche de Grosménil.

 En 1886-87, l’exploitation porte sur l’ancienne couche des Lac et celle de Grosménil aux étages 309-342 et 342-372[1]. L’extraction se fait par le puits de Coincy et pour l’étage 372 provisoirement par le puits du Président. En 1887, les effectifs sont de 328 ouvriers dont 278 au fond (75 piqueurs) et 50 au jour. La descente des remblais se fait aussi par le puits de Coincy. Le fonçage du puits de Grosménil a été arrêté à la profondeur de 414 mètres ; on achève les installations extérieures et par une chaîne flottante le carreau sera en liaison avec la ligne du PLM. En décembre 1888, la mine emploie 382 hommes dont 280 au fond (180 le jour, 100 la nuit), 32 au jour à Coincy et 70 au fonçage du puits de Grosménil.

 En 1889 on prépare un nouvel étage à 403 m[2]. La production journalière est de 420 tonnes brutes (320 tonnes nettes). On installe à Frugères les ateliers de criblage, lavage et agglomération destinés à remplacer ceux de Fondary.  En 1890, les travaux portent essentiellement sur les étages 342, 372 et dans une moindre mesure 403. La mine emploie 415 personnes dont 315 au fond et 100 au jour. En 1891 un nouvel étage de recherche est ouvert à la profondeur de 130 m en partant du nouveau puits du Dumesnil. Toute l’extraction est reportée sur le puits de Grosménil au niveau 403l.

 En 1892 on poursuit la galerie de liaison entre les puits de Coincy et de Grosménil ; le puits de Coincy est approfondit de 372 à 403 m. L’étage 372-403 a été divisé en deux sous niveaux et est dépilé par recoupes de 2 à 3 m de largeur.

 L’équivalence entre les cotes des puits est la suivante :

 

Puits de Grosménil

 

Puits de Coincy

298

Pas de liaison

309

330

Communique avec

342

358

Communique avec

372

403

Communique avec

410

D’autre part le puits Chamblève est entretenu et sert de puits d’aérage et de secours. Les deux puits, Coincy et Grosménil sont siué aux deux extrémités du gisement.

 En décembre 1893 l’exploitation se développe entre les niveaux 358 et 403 du puits de Grosménil et 372 et 410 du puits de Coincy ; les chantiers se répartissent de la façon suivante : étage 403, 12 chantiers (dont 10 en couche des Lacs), étage 358 8 chantiers, étage 330 3 chantiers et étage 298, 2 chantiers. L’abatage se fait par tranches horizontales prises de bas en haut ; les piqueurs boisent leur chantier mais le remblayage est effectué de nuit par une autre équipe.

 Les mineurs sont rémunérés de la façon suivante : une prime fixe de 0,70 franc par benne de gros et de 0,30 f par benne de menu, une prime variable selon la dureté du charbon, de 3 à 8 francs par mètre d’avancement ; la benne pleine contient de 560 à 570 kilos de charbon, on compte en moyenne une benne de gros pour deux bennes de menus. Les revenus des diverses catégories d’ouvriers sont en décembre 1893 :

 

 

Nombre d’ouvriers

Francs par jour

Fond

 

 

piqueurs

90

5,30

Rouleurs

45

3,50

encageurs

36

3,60 à 3,75

boiseurs

73

4,23

remblayeurs

79

3,52

charretiers

12

3,61

Mineurs au rocher

21

5,00

surveillants

10

4,72

 

366

 

jour

 

 

machinistes

6

100 à 110 f/mois

chauffeurs

6

id

receveurs

4

3,25

charretier

6

2,88

Rouleurs et divers

10

3 à 3,28

 

32

 

Il n’y a qu’un enfant de 17 ans.

En 1894 la galerie axiale entre les puits de Grosménil et de Coincy est achevée, elle est légèrement grisouteuse et on y installe un ventilateur. L’air entre par le puits de Grosménil et sort par le puits de Coincy. La mine est pourvue d’une installation d’air comprimé qui sert a actionner une machine perforatrice utilisée pour le creusement du TB des Lacs. La production est de 460 tonnes par jour avec 419 ouvriers : 320 au fond, 19 au jour et 80 aux ateiers de criblage, lavage et agglomération.

En 1895 l’exploitation se concentre dans le voisinage du puits Grosménl dans une couche dite nouvelle dans un massif limité par les niveaux 403 et 372 et un petit dépilage au dessus de 309 ; le nombre de chantiers d’abatage ou de traçage est de 39 (2 hommes par chantier). Les dépilages se font par la méthode horizontale en travers ; chaque tranche de 2 m de haut est tracée par une galerie au mur de la couche à partir de laquelle on prend vers le toit des recoupes qui sont remblayées au fur et à mesure. Le charbon est descendu à l’étage inférieur par un plan incliné ; les remblais arrivent à l’étage 358 par des cheminées. Le travail est organisé à deux postes, un au charbon et un au remblayage. L’extraction se fait par le puits de Grosménil ; en 1897 elle est de 600 bennes de 600 kg par jour. On commence  préparer l’exploitation en dessous de 403.

Au jour, le charbon est conduit par une chaîne flottante aux ateliers de Frugères ; un premier cribalge le réparti en 3 catégories : le 0-15, 18 ou 21 mm qui contient 15 % de  cendres, le 15, 18 ou 21 – 30-35 qui est vendu directement, le supérieur à 30-35 qui est trié à la main ; le 0-15, 18 ou 21 subit un second criblage et réparti en 0-6 qui est aggloméré et en 6 – 15, 18 ou 21 qui est lavé et vendu presque entièrement au PLM.

L’exploitation en dessous de 403 jusqu’à 445 commence en 1898 par une exploitation en vallée ; un bure a été foncé pour atteindre le niveau 435. Ce bure est muni d’un treuil et on a commencé des traçages à ce niveau. Par ailleurs le puits de Grosménil étant instable, il est doublé entre les étages 298 et 403 par un bure à petite section.

En 1899 les travaux d’exploitation se répartissent de la façon suivante : massif de Chamblève au dessus de 403 et à 440 (50 bennes par jour), vallée de 418 en couche des lacs (50) et 428 en même couche (80), couche des Lacs à 435 au sud du puits de Grosménil (40) et couche nouvelle à 436 également au sud de Grosménil (80), couche nouvelle au dessus de 403 (250), couche 3 à 330 (120) et couche nouvelle à 309 par Coincy (50), soit 730 bennes par jour soit environ 440 tonnes. 

Situation en 1908 : les chantiers d’exploitation sont répartis sur les couches des Lacs, Nouvelle, n°2 et n°3 depuis le niveau 238 jusqu’au niveau 457 m de profondeur. concession de Mégecoste : les chantiers d’abatage se sont développés principalement dans la 6e couche aux étages 46, 75 et 100 m.

A Grosménil, au quartier Coincy, on procède en 1930 au dépilage de travaux anciens et au quartier Le Parc, on exploite au nord les niveaux 470-451 et 425 et au sud le niveau 515.

En 1930, La grande couche est entièrement dépilée depuis la surface jusqu’au niveau 410 ; de 410 à 435, elle n’a pas été exploitée et de 435 à 490 a été largement exploitée sauf quelques tranches isolées suite à des incendies.

 En 1932, les travaux d’exploitation ont été les suivants :

  • Siège de Coincy

 Ce siège exploite au Nord de la faille de Coincy et en amont du niveau 110 (en 1932) (altitude +369), la couche des Lacs. L’exploitation est une reprise des anciens travaux mal exploités.

  • Siège du puits du Parc

quartier Nord : les dépilages sont centralisés au niveau 502 ; la 3ème tranche est terminée ainsi que la 4ème  et la 5ème est amorcée ; quartier Sud : les niveaux 435 et 452 ont été entièrement dépilés, au niveau 460, la 1ère tranche a été amorcée. La seule méthode employée est celle des tranches horizontales prises en montant.

A Grosménil, le transport du charbon se fait par 2 plans inclinés équipe de treuil à air comprimé de 11,5 kW et un bure équipé d’un treuil électrique de 25 kW.



[1]  Cotes  par rapport à l’orifice du puits de Coincy

[2][2] Cote par  rapport à l’orifice du puits de Grosménil ; le puits de Grosménil est à 12 m en contre-bas de celui de Coincy.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site