concession de Fondary

Concession de Fondary

 La concession de Fondary est assise sur le deuxième étage de la formation houillère. Le terrain houiller s’y trouve à découvert sur presque toute son étendue avec une orientation NO-SE et un pendage fort presque vertical. On y connaît deux couches principales, celle du puits des Vignes qui est assimilée à la grande couche de Grosménil et celle du puits du Pré qui est au toit de la précédente à environ 80 m.

 Les travaux du puits des Vignes ont porté sur un massif de 450 m  de développement horizontal avec une épaisseur moyenne de 4 m. Dans la région du puits du Pré le massif exploité avait un développement horizontal de 250 m sur 100 m de haut. La couche a deux à trois mètres de puissance et est presque verticale. Les travaux du puits des Vignes ont été abandonnés en 1841 et ceux du puits du Pré en 1839.

 Des recherches ont été effectuées par un TB de 326 m par la compagnie de la Haute Loire à la fin du XIXe siècle sans succès. Ces travaux ont été abandonnés en 1884.

 C’est à l’intérieur du périmètre de cette concession que sont installés les lavoirs et ateliers de préparation mécanique des charbons de Grosménil. Ils sont distant du puits d’extraction de 1.500 m dont 1.250 m en tunnel et 250 m à découvert.

 Il faut noter qu’en 1886, la compagnie des Chemins de fer Paris-Méditerranée (PLM) possédait une usine d’agglomération à Fondary, principal consommateur industriel du Bassin. Le second consommateur industriel est la verrerie de Mégecoste qui appartient à la compagnie fermières des Eaux de Vichy.


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×